Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Belagileen trageriaren argazkiak...

Publié le par BIL XOKOA

Argazki zonbaiten elkitzeko nahiturik balibazidie, hartzen ahal dutuztie lotura hontan
Pour copier des photos cliquer sur le lien çi-dessous


http://picasaweb.google.fr/batitte/PastoralaALOS?feat=directlink

Publié dans Euskal Herrian

Partager cet article

Repost 0

Hebentikenean....

Publié le par BIL XOKOA

« Hebentikenean »

Agorrilaren 1ean Neskenegüna gaüko7etarik 9etara  Le Samedi 1 AOUT      de 19 heures à 21 heures   Sonü-Kabaret gaüaldia Hebentik elkartearen xokoan Matalaz Karrikan 4, Maulen Erwann Le Brenn, gitarra eta zeltiar harpa joilea Euskal Herriko kantore herrikoiak, Bretaina eta Andalusiakoak, bai eta berak sortü musikak Sartzea libre, nahi dena










Soirée Cabaret musique au local de l'association Hebentik 4, rue Matalaz à Mauléon Erwann Le Brenn , guitariste et joueur de harpe celtique interprètera des airs traditionnels du Pays Basque, de Bretagne et d'Andalousie et des compositions personnelle Libre participation

Publié dans Euskal Herrian

Partager cet article

Repost 0

Belagilen trajeria....

Publié le par BIL XOKOA

Les dimanches 26 juillet et 2 août 2009 les habitants de la commune d'Alos-Sibas-Abense en Haute Soule se mobilisent pour donner deux représentations d'une pastorale qui retrace le drame des procès de sorcellerie du XVIIème siècle en Labourd.

La chasse aux sorcières en Labourd

Les procès de sorcellerie du Labourd, dont on commémore le 400ème anniversaire, constituent la trame de la pastorale souletine jouée cette année.

 

Ecrite par Dominika ("Titika") Rekalt , "Belagileen trajeria" ("La tragédie des sorcières") s'inspire d'une période trouble de l'histoire du Pays Basque. Au début du XVIIème siècle, Henri IV roi de France envoie, à la demande de notables locaux, le sieur de Lancre rétablir l'ordre que perturberaient de soi-disant sorcières. S'en suivront de nombreux procès à l'issue desquels plusieurs dizaines de personnes - surtout des femmes - seront condamnées au bûcher avant qu'une révolte ne vienne mettre fin à l'injustice.

La pastorale souletine et ses acteurs

C'est près de 95 habitants des trois quartiers d'Alos-Sibas-Abense qui monteront sur scène. Depuis le début de l'année ils répètent leurs rôles sous la direction du metteur en scène "errejenta" Jean-Pierre Rekalt (frère de Titika Rekalt l'auteur de la pastorale).

Le rôle principal sera interprété par Ihitz Iriart, chanteuse du groupe "Amaren alabak". A noter que les chants ont été travaillés par les acteurs avec l'aide de deux figures de la musique basque en Soule, Niko Etxart et Mixel Etxekopar.

Publié dans xübera

Partager cet article

Repost 0

Taxe....

Publié le par BIL XOKOA

Voici un article paru sur CFO-news concernant un nouvel impot dont nous aurons a nous acquitté des 2010 (en remplacement de la taxe professionnelle, des cadeaux du  paquet fiscal ect......mais ça faut pas le dire).
Bref l'article est tres interressant...


...À l'heure actuelle, il existe déjà de nombreuses taxes spécifiques sur l'énergie : la TIPP sur le gazole, le super sans plomb et le fioul (16,9 milliards d'euros en 2007, soit 263 euros par Français), la TICGN sur le gaz naturel, la TICC sur le charbon. Des secteurs entiers de l'économie, de même que des millions de particuliers dépendent au quotidien de ces énergies.

La taxe carbone, qui s'ajoutera à ces prélèvements, grèvera en premier lieu le pouvoir d'achat des ménages. Certes, l'idée d'un « chèque vert » est évoquée pour redistribuer les sommes prélevées par le nouvel impôt. Mais il ne faut pas être dupe : la « contribution climat énergie » entrainera des redistributions - des ménages les plus « polluants » vers les plus « propres » - dont il est impossible d'anticiper les effets. Le passage à des technologies « vertes » sera encouragé mais, souvent, seuls les ménages les plus aisés pourront les installer chez eux en raison de leur coût : un mètre carré de panneau solaire coûte par exemple 1000€. Au final, la taxe carbone pourrait agir comme une forme de redistribution des ménages les plus modestes vers les plus aisés.

Pour les entreprises, croire qu'il suffit de substituer aux technologies « polluantes » des technologies « propres » est simpliste : parfois, ces technologies n'existent pas; mais plus souvent, le changement de technologie s'avère trop coûteux pour garantir la viabilité de la société en question. Pour un chef d'entreprise, le choix n'est donc souvent pas entre deux types de technologies, mais entre la technologie la moins chère et une fermeture ou une restructuration profonde.

De manière générale, la taxe carbone augmentera la part du budget des ménages et des entreprises consacrée à l'énergie car ils n'auront plus le choix qu'entre des énergies fossiles rendues artificiellement plus chères, et d'autres énergies structurellement plus onéreuses que le pétrole, le gaz ou le charbon. Tous devront donc diminuer leurs dépenses autres que celles liées à l'énergie.

C'est pourquoi les affirmations selon lesquelles une taxe carbone aurait des effets positifs sur la croissance sont douteuses : en Finlande, en Suède ou en Norvège, ce n'est pas la taxe carbone mais les allégements sur l'impôt sur le revenu et les charges sociales qui l'ont accompagnée qui ont permis à ces pays de gagner en moyenne 0,5 points de PIB.

Enfin, la mise en place de la « contribution climat énergie » se heurte à divers obstacles. Un même bien peut être produit par deux technologies différentes. Comment leur appliquer une taxation différenciée ? Une même machine peut fonctionner avec de l'électricité d'origine nucléaire ou provenant d'une centrale à charbon. Comment le savoir ? Et comment les taxer en conséquence ? Autant de questions insolubles, sauf à mettre en place un gigantesque arsenal bureaucratique, lui aussi coûteux pour les contribuables.

Face à ces difficultés, une taxe carbone extérieure, déjà évoquée par Nicolas Sarkozy mais contestée par d'autres États européens, serait-elle préférable ? L'idée est tentante, pour certains, de « faire payer les produits importés » afin de « lutter contre le dumping environnemental ». En réalité, un produit ne paie jamais de taxes : ce sont toujours les consommateurs de ce produit qui les paient. Une taxe carbone extérieure ne serait donc ni plus ni moins qu'une nouvelle taxe sur la consommation, pesant en premier lieu sur les ménages les plus défavorisés.

Ainsi, il convient de rester prudent vis-à-vis de toute forme de taxe carbone. Il pourrait ne s'agir, in fine, que d'un prélèvement supplémentaire aux conséquences préjudiciables pour les ménages et les entreprises, lesquels seraient davantage fragilisés.

Guillaume Vuillemey
Institut Economique Molinari
guillaume@institutmolinari.org

Partager cet article

Repost 0

Rock 'N' Aintzidari beltz....

Publié le par BIL XOKOA


Le lundi 13 juillet, les allés de Maule se sont échauffées aux sons de deux générations de rocker souletin.

D'un coté Niko Etxart eta Hapa Hapa, que l'on ne présente plus, Bluesbreackerien, grand fan des Who et autres énervés chevelus du blues rock anglais de la fin des sixties et de l'autre Iron eta Maider, aintzindari beltz métalliques, fils naturel des hauts fourneaux du heavy Metal que sont ou plutôt étaient Judas Priest et Iron Maiden ( d'où le nom).

 

Mêlant humour et dérision, clichés des stars du heavy, à la Spinal Tap, aux clichés très souletins,(radio palombe: irrésistible), ces cinq lascars n'en restent pas moins des musiciens inventifs, passionnés et talentueux, délivrant énormément d'énergie et au final, qui assurent grave.

 

Le groupe se compose de: Jeremy et Romain, deux dangereux « machin-gun » six-cordistes de l'ère Caponne, distillant solos et riffs aux démanchés hallucinants, à la section rythmique, Nicolas et Raph.chevaliers teutons, dont la charge est aussi destructrice qu'une chevauchée de walkirie, sorties tout droit de la Rhur et grands adorateurs de Mjlonir, le marteau de THOR,, tandis qu'au chant on retrouve Peio, dont on dit qu'il aurait fait taire les sirènes de l'Odyssée d'Ulysse, à son retour de TROIE. Bruce Dickinson n'a qu'a bien se tenir.

 

Putain de bonne soirée donc, même la pluie s'étant invitée n'a rien pu faire pour refroidir ces aintzindari descendus des highlands glacés de Basaburua.

Iron eta Maider, cinq garçons dans le van, qui envoient du pâté piquant au propre comme au figuré, ne demandant qu'à en découdre.... et comme dirait l'autre « pourvu que ça dure... »

 




üztailaren 13an, xiberoko 2 rock taldek Mauleko plaza ikarazi züen ! Niko Etxart eta Hapa Hapa taldeak lehenik : 60 hamarkada ürrentzeko ingles rockzale xiberotarraren aurkeztearen beharrik ez da haboro.... Bigarren taldea aldiz, Iron eta Maider taldea : heavy metal estiloari ümore eta sorkuntza gehitzen düen 5 aintzindari beltzez osatürik. Ikusteko eta jarraikitzeko den taldea !

http://picasaweb.google.com/ehboyer/IronEtaMaider#

 

Photos d'Etienne Boyer






Publié dans Euskal Herrian

Partager cet article

Repost 0

Euskal kalifornianz....

Publié le par BIL XOKOA

Sohütako lizeoan Eüskara ikasten düen ikasle taldeak, « Eüskamerika artzain » (1) pastoral xedeari pentsatü züan 1007ko setemerez.

Ameriketako Estado Batüetarat Eüskaldünen herberastea geia lantü züen Anne-Marie Etxeberri-Lacroix eüskara erakaslearekin, Nabo edo North American Basque Organizations (2) erakundearekin harremanetan jartez.

 

"bizi den herrialdea"

 

Nahiz eta ikusgarri bat plantatü düen, Anne-Marie Etxeberri-Lacroix.ren arabera, xedearen helbürü nausia zen, hanko eüskaldün gazteekin harremanetan sartzea.

2 urtez geroz harremanetan izanik ere, azkenekoz alkar ikusten düe egün horietan : Etchebest, Etcheverry ala Aranburu deitzen dira, berriki Xiberoarat heltü diren Estado Batüetako 9 Eüskaldün-Amerikano gazte.

Californian sortürik bena erroak Baxe Nafaroako Uharte Hirin dütüan

Valérie Etcharen-Arretcheak - San Francisco.ko Eüskal Etxeko kideak - lagüntzen dütü.

Batak ere ez dü eüskararik emaiten - bena hitz zonbait emaiten dütüan animazaileak erran düanaren arabera, egin ahalak egiten dütüe Eüskararen biziarazteko, bereziki eüskara baizik erabilten ez den üda lekü egonaldien antolatzez.

Valérie Etcharen-Arretcheak erran deigünaz, Xiberoarat jin gazte gehienak harat joan eüskaldünen arrahaurrak dira, eta bidaje huni esker esprentxa dü Eüskal Herriaz beren ikusmoldea eginen düela. Nahi lüke gazte horiek ikus dezaen Eüskal Herria bizi den herri bat dela, eta heben ere, hanko ber arrenkürak direla.

 

Leküko üngüramen eta ohidüren hobeki ezagützeko, gazte horik hebengaintiko familietan ohatzen dira : Gernika hiriaren ezagütza egonaldiaren egitarauean badüe, zonbait jadanik kurritü dira Larraineko bestetarat ützüliño baten egitez adibidez.

 

Estado Batüetako bidean

 

Dagün hilabetean, hebenko 15 gazte eta 6 lagüntzalek (2 erakasle, Mixel etxekopar "Euskamerika Artzain" pastoralaren idazlea - Nikole Lougarot errejenta eta Battitta Berrogain eta Jean Charles Sans soinügileak) Estado Batüetako bidea hartüko düe.

Han,Sohütako lizeoan lantü pastorala 3 aldiz emanen düe. Hitzordü bata, Marcel Tillous zenaren omenez (igaran martxoan zentü sortzaroz Eskiularra zen Ameriketako Eüskaldünen omonierra) eginen da.

 

 

C'est en septembre 2007 que le projet artistique de la pastorale « Euskamerika artzain » (1) naissait dans la classe d'option basque du lycée de Chéraute. Le thème de l'exil des Basques vers le nouveau continent a ainsi été exploité par les élèves d'Anne-Marie Etxeberri-Lacroix, professeur d'euskara, avec un rapprochement de la Nabo ou North American basque organizations (2).

« Terre vivante »

« Nous avons débuté par le côté artistique du projet mais le but premier était d'échanger avec les jeunes Basques de là-bas dans un objectif culturel et linguistique », résume l'enseignante. Près de deux ans après, ce sont neuf jeunes Basco-Américains (avec des noms à la résonance familière, comme Etchebest, Etcheverry, ou Aramburu) et leurs accompagnateurs, qui étaient reçus au lycée du Pays de Soule mercredi soir. Valérie Etcharen-Arretchea, accompagnatrice du groupe et membre de l'Euskal Etxea de San Francisco, a été la principale interlocutrice des organisateurs souletins.

« Ces jeunes sont souvent les petits enfants des migrants, et nous souhaitions qu'ils fassent leurs propres connexions avec un Pays basque si lointain. Le but est qu'ils découvrent qu'il n'est pas qu'un pays de mémoire mais une terre vivante avec des réalités sensiblement identiques aux leurs », explique la Californienne, née à San Francisco d'un père bas navarrais d'Uhart-Cize. « Aucun de ces jeunes ne parle l'euskara. Moi-même, je ne le parle pas couramment, mais nous faisons beaucoup d'efforts pour poursuivre son apprentissage dans nos associations et organiser des uda leku (NDLR : lieux de vacances) où les activités se passent en basque », poursuit-elle dans un français parfait.

Logés dans les familles de leurs correspondants, certains jeunes Basco-Américains ont déjà pu goûter aux joies des fêtes de Larrau. La visite de la ville de Gernika, symbole historique du Pays basque, reste au programme des vacanciers. « Il y a quelques lieux incontournables à voir mais la connaissance de l'environnement immédiat est la priorité », souligne Anne-Marie Etcheberri-Lacroix.

En route pour les States

Le point d'orgue de l'échange sera le départ pour la Californie de 15 jeunes Souletins et six accompagnateurs au mois d'août prochain. Parmi eux, deux professeurs du lycée, Robert Elissondo et Christelle Estefe ; Mixel Etxekopar, auteur et musicien d'Euskamerika artzain ; Nicole Lougarot, la metteur en scène ; et deux musiciens, Jean- Charles Sans et Batitta Berrogain.

Là-bas, ils seront reçus chez l'habitant, et rejoueront leur pastorale à trois reprises, notamment au cours de la fête en hommage au père Marcel Tillous, aumônier des Basques d'Amérique originaire d'Esquiule, décédé en mars dernier.

(1) Écrite par Mixel Etxekopar, elle fut jouée une première fois au cours du festival Xiru 2008, puis à Alçay et Usurbil en juillet 2008. (2) Fédération des associations basques des Etats-Unis

 

Mixel Etxekoparrek idatzirik. 2008an eman züen Xiru festibalean, Altzain eta Usurbilen.
  1. Estado Batüetako eüskaldünen federakuntza


Esker handi bat Maider eta Maiteri

Publié dans Euskal Herrian

Partager cet article

Repost 0

EHZ.....

Publié le par BIL XOKOA



Publié dans Euskal Herrian

Partager cet article

Repost 0

Berrgüetto.....

Publié le par BIL XOKOA

Huna Folk estiloan, 1996ean sortü Galiziako beste talde bat : Berrogüetto (berro = oihü - güetto = ghetto).

Kide zonbaitek,Carlos Nuñez.ekin batean, Matto Congrio talde ohian parte hartzen züen.

Berrogüetto taldeak bertanxka fama huna bildü züan.

Plazaratü "Navicularia" lehen diskoa, goraipatürik izan zen, galiziako folk estiloari arrafreskatze bat ekarri beitzeion, bereziki ohidürazko ahaideen moldatzez.

Ondoko diskoetan ere ber ildotik jarraiki züen galiziako estiloari kanpoko soinü berrien gehitzez.

13 urtez geroz, taldea üsü saristatürik da, herritik kanpo kontzertü andana bat ere eskeintzen dü.

Düala urtea, kantaria ordezkatü züen : Xabier Diaz.ek, Guadi Galego anderearen leküa hartü züan.

Müsika hütsez edo kantorearen bidez, Berrogüetto taldeak bidaje eijer bat proposatzen dü Galiziako lürraldearen gainti.


Apres avoir découvert Faltriqueira grace à Musikaren Eguna, voici Berrgüetto
Un autre représentant de la musique folk galicienne. Certains de ses membres proviennent du groupe défunt Matto Congrio, dont faisait également partie Carlos Núñez.

Berrogüetto, formé des mots galiciens « berro » (cri) et « güetto » (ghetto), se fonda en 1996. Le groupe rencontra assez vite le succès, avec un premier album, « Navicularia », salué par la critique et le public. Cet album est considéré comme une révolution dans le panorama folk galicien, un vent de fraîcheur sur les mélodies traditionnelles de la région. Les albums suivants poursuivront dans cette innovation, incluant parfois des sonorités d'ailleurs mais gardant un socle bien galicien.

 

La chanteuse Guadi Galego, qui a quitté le groupe l'année passée, a été remplacée depuis par une voix masculine, Xabier Díaz.

Tantôt instrumentale, tantôt chantée, leur musique est un très beau voyage en pensée sur les terres galiciennes.

Membres du groupe :
- Anxo Pintos : zanfona, gaita, saxo soprano, violon et clavier.
- Guillermo Fernandez : guitare
- Quico Comesaña : bouzouki, mandoline, harpe.
- Santiago Cribeiro : accordéon, clavier.
- Isaac Palacín : percussion
- Quim Farinha : violon
- Xabier díaz : voix, gaita y percussion.

 

( Terres celtes - Le guide web des pays celtes)

Publié dans musika talde

Partager cet article

Repost 0

Aidez Aire Oihartzunen...

Publié le par BIL XOKOA

La troupe Aidez Aire s'est produite le 21 Juin dernier à Oihartzun dans le cadre du développement de Basaburuko Ikastola, favoriser le rapprochement des deux Ikastolas afin de founir un enseignement de qualité.
La matinée démarra avec un passe rue à Lezo, devant la mairie un discours de bienvenue et des danses furent échangés.
La représentation eut lieu à Oihartzun sur la place du village à 18h, devant un public nombreux et passionnés. Le spectacle ne dura qu'une heure durant laquelle les chanteurs danseurs et musiciens s'en donnèrent a grand coeur.
La fin de la soirée fut couronnée par la venue de Niko Etxart qui interpréta 6 chants, avec toute la passion qui le caractérise.

La bande son est un enregistrement du spectacle Musikal'dia avec les zicos  d'Aidez Aire les Trompettes du Mozambique et Taraf Goulamas

De aidez aire


Argazki taularen so egiteko....

eskerrak Dany-eri...

Publié dans Euskal Herrian

Partager cet article

Repost 0